Marinière en jersey

Parce que j’aime beaucoup les marinières, que celles d’Alexandra d’A tout Petit Point elles sont quand même vachement chouettes et qu’après tout si Stéphanie arrive à coudre du jersey avec sa machine à coudre, il n’y a pas de raison que je n’y arrive pas ! …. d’autant plus que ma machine à coudre a quelques points stretch.

J’avais déjà repéré la marinière dans le hors série n°4 de Coudre c’est Facile et j’avais déjà acheté du jersey assez épais à Myrtille Tissu  … parce que bon il est joli quand même ce tissu, ça serait bête de pas le prendre, je pourrais toujours essayer de voir si j’arrive à le coudre quand même avec ma mac et puis au pire je pourrais toujours m’en servir le jour où j’aurais une surjeteuse … bref après tout ces bons arguments j’ai pris 1 m du coup … au moins de quoi faire quelque chose pour les filles (dans le pire des cas elles n’auront pas honte trop longtemps si c’est trop raté/plein de défaut).

Au final je me suis gardé le coupon de jersey et en plus après avoir reproduit le patron et bien vérifié que le tout rentrait dans mon mètre de jersey, et bien il n’y avait plus qu’à s’y mettre … au final j’aurais mis la soirée à coudre le tout (une fois patron reproduit et le tissu coupé).

Et en photo ça donne ça :

Le patron est celui de la marinière p62 du hors série n°4 de Coudre C’est Facile, en taille M pour un 38/40 du commerce.

Au niveau technique, j’ai utilisé les points stretch de ma machine à coudre (le semi overlock et l’overlock pour les coutures des bras et un zig zag réglé à 1 en largeur de point et 4 en longueur pour l’ourlet fait avec une aiguille simple) et pour les ourlets une double aiguille (sauf pour un bras car une des aiguilles était complètement tordue). Hormis la double aiguille, j’ai pris une aiguille stretch en 70 (la 90 déchirait le tissu). Pour le biais du col j’ai utilisé le tuto vidéo de  Tread&Needles.

Au final j’en suis très contente, je pense que l’épaisseur du tissu et le fait qu’il ne soit pas fluide a bien aidé pour la couture. Je n’ai pas cherché à aligner plus que ça les rayures mais vu l’épaisseur de celles-ci ça ne se voit pas du tout. Le modèle est très simple et rapide à réaliser (et demande peu de tissu : 1m x 1,5m de laize) et la coupe est bien même si ça serait encore mieux un chouya cintré.

Et pendant ce temps là … entre deux cousettes….

Après quelques essais pas trop mal réussi mais qui manquait de gonflant, j’ai retenté de faire du pain au levain (après une pause d’une bonne année).

Il faut dire qu’entre temps j’ai eu une machine à pain brioche, mais mes pains fait avec sont tout raplapla et puis aussi j’aime bien le pain au levain et de ce que j’ai lu ce n’est pas trop map compatible.

Et puis l’autre jour je me suis souvenue qu’on pouvait faire du pain au levain cuit en cocotte …. ça tombe bien depuis mes précédents essais, j’ai fait l’acquisition d’une jolie cocotte en fonte … du coup l’appât d’un pain maison au levain a été le plus fort.

J’ai donc commencé par refaire un levain. Facile même pas dur, il suffit de mettre dans un pot à confiture le même poids de farine (de préférence complète) et d’eau (de source), de laisser le couvercle sur le pot sans le fermer pour que de l’air passe et d’attendre que ça commence à buller.

Par contre mon impatience a eu raison de moi et j’ai tenté de faire un pain avant que le levain ne prenne bien … du coup j’ai fait un splendide pain-qui-cale-pendant-plusieurs-jour-si-tu-en-manges-un-morceau … aka le pain elfique. Je n’ai pas fait de photos mais j’aurais peut être dû tellement c’était drôle ….  pour visualiser c’est simple : une boule de pate cuite …au final ça avait le goût du pain mais pas sa consistance … enfin c’était une brique quoi !!

Histoire d’accélérer les choses et d’activer mon levain naissant (et pas du tout efficace du coup), j’ai mis un tout petit peu de miel et mis au chaud au-dessus de ma machine à expresso pour relancer la fermentation. Le lendemain la fermentation avait bien repris et le levain était prometteur … ça tombe bien, du coup j’ai pu le mettre au repos au frigo pendant le week end où on n’était pas là et, au retour de week end, il a bien repris après un reveil en douceur et un bon repas.

Au bout de quelques jours, ayant assez de force, son heure a sonné. Je lui ai donc remis une dernière dose d’eau+farine afin d’en avoir assez pour confectionner un pain. Après quelques heures, son volume avait doublé.

J’en ai prélevé environ 200 gr que j’ai mélangé avec de l’eau de source tiède (environ 375 gr), 15 gr de sel et environ 500 gr de farine, et une demie cuillère à café de miel … Bon j’avoue j’ai dosé un peu au petit bonheur la chance car j’étais un peu juste sur la quantité de levain. J’ai pétri rapidement le tout et mis au repos un moment histoire que la farine s’humidifie bien, puis j’ai repétri un peu et formé une boule que j’ai mis au repos dans la cocotte.

Après une 1ère levée accélérée au four préchauffé à 60°C puis éteint, j’ai fait un deuxième pétrissage puis remis dans la cocotte pour la dernière levée. Histoire d’accélérer un peu j’ai remis au chaud au four et fermé la cocotte. Après environ 1h30 de levée j’ai allumé le four (alors refroidi) à 240°C pour une cuisson d’une heure. J’ai bien sûr enlevé la poignée de ma cocotte qui n’est pas faite pour une telle température et bouché le trou de la vis avec de l’alu.

Après une heure de cuisson, le levain a bien fait son boulot et ça donne ça :

Verdict : je suis contente, le pain a très bien levé en cuisson cocotte, la croûte est comme il faut. Le seul bémol est le goût un chouya prononcé de levain … Pour le prochain je vais donc revoir les dosages. Au nivau du travail que ça demande, ça n’a rien d’insurmontable, en pétrissage pur ça a du me demander environ 10/15 min … le plus long sont les temps de pousse…

Jupe à pli plat

Après avoir acheté des bottes pour Boudin 1ère, il fallait lui bien lui faire une jupette pour aller avec à cette pauvre enfant. Et puis bon, après un week-end sans coudre, il fallait bien que je fasse quelque chose de rapide aussi histoire de retrouver ma machine à coudre :-). Bon j’ai quand même occupé mes mains pendant ce long week end (celui de la Toussaint hein, j’ai un peu de retard) en commençant une écharpe au crochet pour moi … qui devrait être fini pour l’été au rythme où je vais :-).

Enfin bref, pour la jupe, il s’agit du modèle de jupe à pli plat issu du Coudre c’est Facile Hors Série n°3 (o/ il est enfin en vente sur Amazon!!), p23 et 77 plus précisément et en taille 120.

Elle est très facile et rapide à faire. Je l’ai réalisé en une soirée, ce qui m’a valu un : « elle est déjà finie maman ?! »  …. « eh eh, c’est normal ma fille, je suis trop forte ! ».

Au niveau modif, bah pas grand chose : j’ai juste rallongé la jupe un peu (euuuhh de 5 cm je crois) histoire qu’elle arrive un peu au-dessus du genoux (je pense que le modèle doit plus être fait pour être porté avec un legging).

Je voulais faire des photos avec un peu de soleil, mais c’est un peu raté, au final après un deuxième shooting photo de la jupette porté, c’est les photos du premier qui sont mieux … Le tissus photographié ne rend pas bien les plis plats non plus … faudra faire preuve d’imagination 🙂

Niveau tissu, il est issu de mon stock, et plus particulièrement de mes achats des dernières soldes à Toto Soldes à Rennes.

 

Le manteau kibrille

La dernière fois que je suis allé à Mondial Tissus, j’y suis allé avec une liste … et je suis repartie avec plus que prévu dont un tissu bleu choisi par Boudin 2ème du nom pour lui coudre un manteau.

Histoire d’éviter d’éventuelle craquage, j’ai décidé de ne pas doubler le manteau en polaire mais juste avec un tissu bleu clair de mon imposant stock.

Le modèle est issu du livre « Mademoiselle » (la redingote k) et comme j’ai mégoté sur la doublure j’ai décidé de le réaliser en taille 120 histoire que la demoiselle puisse mettre son beau manteau au printemps prochain …. et bien m’en a pris au final car il n’est pas si large que j’aurais pensé.

Le modèle est très simple à réaliser … en même temps jusqu’ici je n’ai jamais eu de difficulté avec les patrons japonais. La seule modification faite est l’ajout d’une doublure au lieu d’une parmenture … et alors là, j’ai des progrets à faire : j’aurais du faire le pli plat de la doublure à l’inverse de ce que j’ai fait.

Résultat : la petite a un manteau qui lui plaît et qui brille (même les boutons!) …. notamment le matin à la lueur des réverbères. Une dame croisée dans la rue ce matin a dit à ma fille qu’elle avait un joli manteau, et ma fille a répondu  » et il brille ! ».

Trève de blabla et place aux photos :

…. Et pendant que je couds, des fois j’ai des petites mains qui s’activent avec le sac de chutes de tissus qui leur est dévolu et ça donne ça :

   

Je précise qu’à gauche il s’agit d’un robot fait par la plus petite et à droite d’une maison faite par la plus grande.

Avec du papier et une machine à coudre …

Aujourd’hui j’ai profité d’être avec les filles pour faire une activité avec elles.

Des feuilles de couleur découpées en rond, une machine à coudre …. et une heure plus tard (à peu près hein) ça donne deux guirlandes pour décorer la chambre des filles.

Pour ce qui est de la réalisation c’est assez simple, il faut découper des ronds (90 ici) dans des feuilles colorées et les coudre par 3 (ou 4 selon les envies) pour former une longue guirlande. Il faut ensuite plier en deux les ronds extérieurs pour former les boules. Il ne reste plus qu’à accrocher les guirlandes au mur à l’aide de punaises.

Cadeau d’anniversaire

Pour les 7 ans d’un copain de classe de Boudin #1, j’ai cousu un petit ensemble d’accessoire pour l’école : une trousse, une pochette pour ranger son ardoise blanche et un petit carré pour effacer le feutre à tableau blanc.

La trousse est réalisée d’après le tuto de la trousse à tout de Linamorata avec du tissu Fabernmix à pois et étoiles acheté chez Toto Soldes Rennes et l’intérieur en popeline rouge de chez Mondial Tissus. J’ai juste rajouté des petits rectangles de tissu rouges au bout de la fermeture à glissière pour faire plus net (je me suis basée sur le tuto de trousse de Tasticottine).

La pochette à ardoise et le carré pour essuyer son très largement inspirés de ceux réalisés par Alexandra d’A tout petit point. Le tissu extérieur est le même que la trousse et l’intérieur en polaire rouge que je traîne depuis une éternité (pas loin de 10 ans je pense … ça nous rajeunit pas tout ça ma pôve dame !). C’était aussi l’occasion d’utiliser ma pince à bouton pression Kam que ma moitié m’a offert pour mon anniversaire.

Edit du 19/10/12 : je me suis aussi basé sur la pochette réalisé par Les Idées de Cécile (je n’arrivais pas à retrouver son blog au moment où j’ai rédigé le post)