Défi été 2016

Qui dit changement de saison, dit aussi défi pour les Breizh Addict. J’ai choisi pour ma part de faire une robe de test portable. Nan parce que j’arrive vraiment pas à coudre quelque chose pour ne rien en faire :-).

Pour cet été, il me faudra une jolie robe … je suis donc partie en quête d’un joli patron sur le net, l’idée étant de me faire une robe fit and flare parce que ça fait quand même un moment que Roisin du blog Sew dolly clackett me donne envie avec toutes ses jolies créations pleines de peps … et accessoirement les robes droites ne sont pas du tout train-compatibles.

Tant qu’à faire j’ai zieuté du côté de Vogue, Butterick and co et plus particulièrement des patrons rétro. J’ai profité de très belles promo pour acheter directement 5 patrons … à plus de 25€ les frais de port il fallait rentabiliser ;-).

Après un choix cornélien, j’ai jeté mon dévolu sur le V9149, le V9167, le V8998 et le V9000 de Vogue ainsi que le B6164 de Butterick … le tout pour un peu moins de 50€ (port compris).

Après comtemplation desdits patrons j’ai opté pour le vogue 9149 et sa coupe simple et efficace ainsi que sa grande jupe cercle. Le seul soucis c’est que j’ai eu beau chercher sur internet, je n’ai pas trouvé de réalisation de la robe… je pars donc un peu à l’aventure … d’où l’intérêt de la toile … mettable de préférence ;-).

Il faut aussi savoir qu’outre les robes fit and flare, ça fait un moment que j’aimerai me coudre une jupe ou une robe en wax … je sais, j’ai des idées saugrenues des fois :-D. L’ennui c’est que malgré mon stock conséquent, je n’avais pas de grand coupon de wax … Je m’étais donc résolue à piocher dans un tissu déjà en ma possession même si aucun me tapait dans l’oeil pour une robe. Bon, ça c’était sans compter sur mon passage à Toto Champ Jacquet au cours duquel j’ai littéralement craqué (Stéphanie est témoin ;-)) sur deux coupons de Java Vlisco et un autre wax plus épais (mais en grand coupon).

De l’avis quasi unanime, mon grand coupon de wax étant abomiffreux (si si c’est un mot qui existe) et moi très tétue, j’ai lavé puis coupé gaiement dans mon wax non sans avoir hésité sur la taille à choisir pour mon patron :-).

Au final, et ben ma robe je l’aime bien et même si c’est une toile je la mettrai !

Coté patron : il s’agit, comme dit plus haut, du patron pochette vogue 9149. L’avantage du patron est que le corsage est patronné dans toutes les tailles pour les bonnets A à D et que les marges de coutures qui sont incluses (je trouve ça assez pratique en terme de gain de temps). C’est un patron classé facile, il faut dire qu’il n’y a que 4 pièces différentes (le corsage devant et dos et la jupe devant et dos) et 4 pinces à coudre. Autant dire que c’est un patron vite coupé et cousu au final. C’est le 1er patron Vogue que je couds et les explications sont claires (en même temps le montage n’était pas difficile) et asez détaillées. Par contre il faut savoir que ces patrons ne sont pas disponibles dans toutes les tailles, mais de la taille 6 à 14 et 14 à 22 (pour ma part c’était juste puisque je l’ai coupée en taille 14). Par ailleurs, les patrons américains sont imprimés sur du papier de soie et donc à repasser avant de le reporter (je suis incapable de couper directement dans un patron) et à manipuler avec précaution. Comme j’hésitais entre la taille 12 et 14, j’ai quand même fait une pseudo toile dans l’enveloppe des oreillers que je dépouille pour faire de la bourre quand j’en ai besoin. Je me suis résolue à prendre la taille 14 (il faut dire que j’ai fait quelques réserves cet hiver :-S) et j’ai opté pour une profondeur de bonnet B (ma taille habituelle) même si à croire le tableau de mesures j’aurais du prendre le A. J’ai suivi le patron à la lettre, y compris les nombreuses coutures à la main au niveau des emmanchures (1ère fois que je les ferme après avoir retourné la doublure) et pour la fixation de la doublure du corsage au tissu principal (le long de la fermeture à glissière et à la taille). La seule modification a été de ne pas tripler le corsage mais de couper directement la doublure dans le même tissu que la robe. C’était également la première fois que j’ourlais le bas comme indiqué pour faire un ourlet étroit, c’est-à-dire en piquant d’abord à 1,3 cm du bord non fini, repasser et couper près de la piqûre puis replier et piquer (je suis pas sûre d être claire mais c’est très simple).

Côté tissu: le tissu principal est du wax et j’ai opté pour de la viscose pour la doublure. Pour le wax rien à dire c’est un tissu qui se coupe bien, qui ne s’éfile pas et qui est un peu rigide … bref un bonheur à coudre. C’est l’exact opposé de la doublure : une viscose noire …c’est une tannée à coudre mais c’est tellement agréable à porter. Pour l’occasion j’avais décidé de tenter l’amidonnage de la viscose que j’avais repéré sur le blog de By Séverine. Même si c’était nettement mieux ça n’est pas parfait non plus. C’est peut être moi qui suis en cause car il me semble ne pas avoir suivi la recette à la lettre (et ma farine de maïs était périmée). Si la viscose c’est bien comportée pour la couture, une fois la robe finie je me suis rendue compte que le tissu était étiré de partout (la doublure dépassait de la jupe et n’était pas bien coupée) …. je me suis donc armée d’une bonne paire de ciseaux et j’ai recoupé la doublure en place, au jugé. Je ne m’en suis pas si mal sortie que ça mais je suivrai mieux la recette la prochaine fois et serai plus vigilante à la coupe du tissu ;-).

Je suis fin prête pour ma deuxième version avec un plus joli tissu ;-).

Ceci dit y a un truc que j’aime bien aussi : ma robe elle tourne du tonnerre ! …Voire un peu trop, il faut que je me méfie ;-).

Cardigan à trou trou

On ne peut pas dire que je sois très assidue pour remplir mon blog …. Toujours est-il que je ne chôme pas plus que ça car j’alterne régulièrement la couture et le tricot (et aussi le jardinage en ce moment).

J’avais repéré le patron du Melange Knit d’Ottobre quand je l’avait reçu (l’année dernière déjà) et après avoir vu quelques réalisations, je me suis laissée tentée d’autant plus que j’avais un coupon de maille qui dormait depuis un sacré bout de temps et que le patron à l’avantage d’utiliser beaucoup de tissu et d’avoir peu de pièces … une sorte de combo gagnant au final pour la stockeuse de tissu que je suis :-D.

Après quelques hésitations quant à la taille, j’ai fini par opter pour du 40. Je ne sais plus combien de temps j’ai mis à le coudre mais il me semble que ça a été assez rapide. Le plus long a finalement été de couper le tissu et de faire les ourlets vu qu’avec de la maille il n’est guère possible de les marquer au préalable …

Je n’ai pas encore eu l’occasion de le porter car il faut bien reconnaître que la maille choisie est très fine mais je suis assez satisfaite du résultat … même si je doute que je puisse le porter longtemps au regard du choix du tissu …

Côté patron, il s’agit du modèle Melange Knit de l’Ottobre 2/2015 en taille 40 (je serai sûrmeent rentrée dans du 38 ceci dit). Je n’ai fait aucune modification si ce n’est d’utiliser du biais pour le col à la place du gros grain élastique (je ne sais même pas à quoi ça ressemble de toute façon…).

Côté tissu, il s’agit d’une maille achetée il y a fort longtemps à Myrtille Tissus (à Montgermont) à un prix ridicule (du genre 2,5€ le mètre je pense) … la maille est très fine et est dotée de jolis motif à trous … elle serait issue de stock des années 80 que je ne serais pas surprise vu le mortif :-). 

A mon humble avis, le cardigan ne durera guère longtemps et les mailles seront vite tirées … en même temps vu le prix et le temps passé dessus je ne pleurerais pas quand il sera foutu :-). Il me servira au final de test pour le patron que je referais sûrement avec une plus grosse maille pour l’hiver : celui-là va très bien faire l’affaire pour les soirées ou matins frais d’été (et ne prendra pas trop de place dans mon sac pour la journée ;-))

Plantain de début d’année

En ce début d’année j’avais un grand besoin de renouvellement de mes T-Shirts à manches longues …. il faut dire que les miens datent un peu ou ne me conviennent plus. Histoire d’être efficace et rapide, j’ai ressorti le patron du Plantain que j’avais déjà découpé et un coupon de jersey acheté il y a un moment. Après une séance de couture d’un après-midi, j’avais mon T-Shirt :-).

Je n’ai pas grand chose à dire sur le patron mis à part qu’il est génial ! J’ai juste rallongé les manches de 3 cm et l’ai coupé en taille 40.

Le jersey a été acheté il y a un moment chez Tissus Myrtille. Par contre ça n’est pas le tissu idéal pour le plantain car il manque d’élasticité pour ce modèle. J’ai aussi fait l’erreur de faire un ourlet de 1 cm en bas et il rebique du coup … peut être que je le modifierai à terme mais j’en doute fort :-).

Châle épicé

Il y a un moment maintenant, ma moitié m’avait offert deux écheveaux de Madelinetosh Tosh DK pour Noël. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la Madelinetosh, c’est de la très jolie laine qui est teinte à la main … et qui dit jolie laine dit patron qui la met en valeur.

N’ayant pas de patron satisfaisant sous la main, ma laine est donc restée sagement rangée jusqu’à ce que je trouve le patron parfait pour elle. Je suis finalement tombée sur un projet utilisant la même laine l’année dernière au cours d’une de mes nombreuses heures passées à parcourir Ravelry.

Ce patron c’est celui du Great Divide Shawl de Michele Brown. Il est normalement prévu pour être tricoté avec deux écheveaux de couleurs différentes. La Madelinetosh étant une laine teinte à la main, il y a de fait des différences de nuances et on doit normalement alterner les écheveaux tout les deux rangs afin de lisser ces petites différences de teintes … du coup le choix du patron était parfait dans mon cas car je n’ai eu qu’à le suivre à la lettre en tricotant mes deux écheveaux comme s’il s’agissait de deux couleurs différentes (j’ai enfilé le fil dans un marqueur afin d’identifier mes pelotes).

Côté laine : comme dit plus haut, il s’agit de Madelinetosh Tosh DK en couleur Saffron. Elle a été acheté sur le site de Laine et Tricot (pour Noël 2013). Elle est très agréable à travailler. J’ai eu un noeud en tout sur les deux écheveaux qui font chacun 206 mètres ce qui est très correct. J’ai utilisé la quasi totalité des écheveaux puisqu’il m’en reste environ 12 mètres. La couleur est très jolie et plus proche de celle de la photo du châle dans l’herbe. Elle porte très bien son nom car est vraiment proche de la couleur du safran.

Côté patron : il est bien expliqué et ne m’a pas posé de difficultés (il est en anglais). Il est très agréable à tricoter et n’est pas ennuyant. Le motif est très simple à retenir puisqu’il ne sagit que de jeté, de diminution, d’augmentation et de glisser des mailles au dessus d’autres. Il est assez vite tricoté car il faut utiliser des aiguilles n°5. J’ai mis 20 jours tout rond à tricoter ce châle. Côté nouvelle technique, ce patron m’a permis d’apprendre à tricoter des rayures en remontant le fil le long du côté.

A refaire (et c’est déjà prévu), il faudra que je sois plus attentive puisque je me suis assez vite retrouvée avec une maille en trop d’un côté (chose que je n’ai pas corrigé). Il faudra aussi que je veille à ce que mon fil soit plus lâche en le remontant pour les rayures. Au final mon châle est plus long d’un côté que de l’autre (ça se voit un peu sur la photo portée).

Défi printemps 2016

Au final, il s’agit de mon premier post de 2016… et pour l’occasion je renoue avec les défis des Breizh Addict. Il faut dire que je m’y suis inscrite tardivement (la veille du rendu de la copie pour tout dire)…à ma décharge j’ai lamentablement séché les défis précédents (l’année 2015 ayant été pour le moins difficile, j’avais d’autres préoccupations en tête…) et je ne voulais pas réitérer.

Voici donc ma copie rendue en temps et en heure (pour une fois :-P).

Ma participation au défi porte sur un projet assez long puisqu’il s’agit de tricot.

Parmis mes cadeaux de Noël, j’ai eu un livre de patrons de tricot, j’ai nommé le Metropolitan Knits : Chic Designs for Urban Style … rien que le titre ça en jette :-). Ce livre a atterri dans ma wish list de Noël après avoir vu ce modèle et avoir également lorgné sur quelques autres :-D.

Une fois le précieux en ma possession, il me fallait trouver le bon modèle qui allait avec la bonne laine : celle qui combinait le bon échantillon à sa présence dans mon stock (je n’ose même pas dire de combien de laines différentes il est composé d’autant plus que certaines ne sont même pas encore répertoriées).

J’ai donc opté pour le modèle Meier Cardigan associé à de la laine Quiétude de Phildar.

 

Une fois mes choix faits il ne restait plus qu’à m’atteler à la tâche … à raison d’environ 40 min de train par jour ainsi que les soirées où il fait assez frais pour tricoter, j’ai mis environ 3 mois et demi pour achever mon tricot (en fait un peu moins mais j’ai mis plus de 3 semaines à rentrer les fils et à coudre les boutons)… il faut dire que je ne suis pas bien rapide aussi (d’aucuns diront que mes points ne s’en trouvent que plus réguliers).

J’ai fini de coudre mes boutons hier, les photos ont été prises aujourd’hui … je pense qu’on peut dire que c’est du just in time ;-).

Côté laine : la couleur se situe entre la photo de la pelote et celle du pull … la pelote est prise avec beaucoup de lumière et le pull en fin d’après-midi. 

Côté patron : déjà il est en anglais … personnellement je préfère tricoter en anglais mais cela peut en rebuter certain(e)s. Question taille, j’ai opté pour du 37 et j’ai rallongé les manches de 10 centimètres car elles me semblaient un peu courtes sur les photos des projets déjà réalisés. A refaire j’augmenterais de 5 centimètres seulement car elles sont un peu longuettes.

Les points positifs : il est ajusté comme il faut et ne boudine pas (malgrè mon gras d’hiver :-)), il est très agréable à tricoter et pas ennuyeux du tout grâce au motif que l’on a assez vite en tête. Le motif est constitué uniquement de jetés et de diminutions.

Les moins : il est tricoté à plat (je préfère en rond car je n’ai pas besoin de coudre)… et je pense bien que c’est tout en point négatif :-).

J’ai appris : à coudre les différentes parties d’un pull et notamment les manches, à relever les mailles de l’encolure et à faire des boutonnières.

Ce que je changerai la prochaine fois : je n’allongerai les manches que de 5 cm, je monterai les épaules en grafting et j’essaierai de tricoter mes manches en rond pour éviter une couture.

Matériel : aiguilles circulaires Hiya Hiya en 4 et 4,5; 9 pelotes de laine Quiétude de chez Phildar, 7 boutons achetés à la mercerie Imagine et quelques heures devant soi.

Ratttrapage 2015 – suite et fin

J’arrive enfin au terme de mon rattrapage de 2015 … si ça continue je vais devoir rattraper aussi 2016 :-). Mais bon, il faut dire que j’ai changé d’ordi entre temps : mon ancien a usé ma patience :-).

Je commence donc par un pull tricoté il y a maintenant 1 an.

 Il s’agit du modèle Soledad d’Annika Barranti. C’est un modèle gratuit mais j’ai eu toutes les peines du monde à le retrouver car le site sur lequel il était hébergé n’existe plus … J’ai quand même retrouvé des pages archivées … en faisant preuve de beaucoup de patience :-).

Ce pull a été pour moi l’occasion de tricoter de la Drops pour la première fois et également d’inaugurer mes aiguilles circulaires Hiya Hiya (commandée en même temps que la laine).

Concernant les aiguilles, elles sont très très bien. J’ai également des Knit Pro en bois mais les Hiya Hiya sont nettement mieux !. Les jointures n’accrochent pas du tout et le fil n’est pas solidaire avec la base, ce qui fait qu’il tourne librement (je ne suis pas sûre d’être claire par contre). Elles sont également assez pointues ce qui me convient bien. Enfin elles sont livrées avec une jolie pochette ce qui ne gâche rien. J’ai par contre rajouté des embouts à visser au bout des câbles pour laisser le tricot en attente ainsi que des embouts d’aiguilles (ils sont très mignons en plus :-)).

Du côté de la laine, j’ai pris de la Karisma. Elle est agréable à tricoter et est d’un excellent rapport qualité prix. J’ai choisi cette laine car elle est en 100% laine et surtout superwash ce qui est à mon sens primordial pour un pull destiné à un enfant :-). Et accessoirement elle correspondait à l’échantillon nécessaire pour le patron.

Côté pull, j’avais retenu le modèle Soledad car il me plaisait bien avec les torsades sur le côté et au niveau du raglan … il faut dire que j’aime beaucoup les torsades :-). Le patron est simple à suivre et ne présente aucune difficulté. Il est tricoté en 3,5 et 3,75 et il m’aura fallu un mois tout pile pour le tricoter ainsi qu’un peu moins de 6 pelotes.

Le point négatif c’est que ce pull est voué à être détricoté puisqu’il n’a pas plu à son destinataire et qu’il est trop juste pour ma plus petite. Une chose est sûre c’est que je ne tricoterais sûrement plus de pull pour un cadeau ou que je ferais comme une collègue : de la laine en acrylique pour éviter les démangeaisons et les lavages destructeurs 🙂.

Le point positif c’est que j’ai déjà trouvé un patron de pull pour le recycler pour moi vu que j’avais commandé 8 pelotes :-).

Passons maintenant aux vêtements. Je m’aperçois seulement maintenant qu’ils ont tous été cousus pour ma plus petite … et pour cause la plus grande n’est pas franchement ravie de ce que je lui couds … Désolée d’avance pour les photos prises en intérieur … il faut dire qu’elles ont été prises récemment avec un temps peu propice aux photos en extérieur.

Cela faisait longtemps que ma petite voulait une jupe à poches, j’ai donc exaucé son voeu.

 Il s’agit du modèle R de Basiques pour petites filles en taille 120. J’ai juste cousu la jupe intérieure, mis une bande en couleur contrastée en bas et rajouté des poches. Les tissus viennent de Toto Soldes.

La jupe plaît bien à ma fille … sauf que les poches sont ridiculement petites … la prochaine fois peut être :-). 

Une deuxième jupe à également rejoint l’armoire de sa propriétaire dans le courant de l’été dernier.

Le tissu avait été choisi il y a un moment par la petite lors d’une visite chez Myrtille Tissus et le patron adéquat choisi dans la foulée (le modèle P du Happy homemade vol.2), il ne me restait plus qu’à m’atteler à la tâche :-).

C’est un modèle très agréable et facile à coudre et ce pour un rendu parfait. Je la referai certainement mais j’ai intérêt à ne pas trop procrastiner car je l’ai cousue dans la plus grande taille (en 130 cm).

Après les jupes, passons aux robes cousues l’été dernier et prises en photo il y a peu de temps …

La robe flamands roses est un modèle du Happy homemade vol.2  (le modèle B plus exactement). Le tissu quant à lui vient de Myrtille… j’avais complètement craqué dessus et la vendeuse a dû déplacer pas mal de rouleaux pour me le couper puisqu’il venait tout juste d’arriver quand je l’ai vu :-). S’agissant d’un patron japonais pour enfant, je n’ai pas eu de difficulté particulière pour le coudre … juste la fente du dos qui est délicate à coudre et pour laquelle je n’arrive jamais à avoir un rendu nickel. 

La robe chouette est cousue d’après le modèle Flower Hexagon de l’Ottobre 3/2013 (en taille 128). J’ai choisi ce tissu car cela faisait un moment qu’il dormait au fond de mon placard et je me suis dit que, la petite grandissant, c’était maintenant ou jamais pour l’utiliser. C’est un mélange coton/polyester et il a été acheté il y a maintenant presque 3 ans à Toto Solde.

Il fallait bien un accessoire pour aller avec la robe flamands roses, j’ai donc cousu un étui à lunettes de soleil pour l’accompagner.

Il est réalisé d’après l’excellent tuto de Pour Mes Jolis Mômes avec une chute de tissu flamands roses (fallait pas gâcher) et un tissu d’ameublement (récup de catalogue). Après moulte hésitation sur la couleur, c’est finalement la pression orange qui a hérité de la lourde de tâche de fermer le tout :-).

Pour clore ce post interminable, je termine sur un autre accessoire indispensable pour les rentrées scolaires, j’ai nommé la trousse … et plus précisément la trousse à double compartiment.

Sur la liste de rentrée de la petite, il fallait des crayons et des feutres … la plus grande ayant pas moins de 3 trousses dans son cartable (il faut d’ailleurs que je fasse quelque chose à ce sujet), je me suis dit que j’allais limiter les dégâts avec la petite. Je suis donc partie en quête d’un tuto de trousse double compartiment sur le net et j’ai trouvé mon bonheur avec le tuto de Y’a maman à la maison. Une virée chez Ecolaines plus tard les tissus étaient choisis par la petite. J’ai suivi le tuto à la lettre et le rendu est très bien. La trousse est très pratique et ma petite peut même mettre des bouts de papiers entre les deux compartiments :-). J’ai prévu d’en faire un autre d’ici peu ;-).

 

 

Rattrapage 2015 – 3ème partie

Dans le Burda de Juin 2015, il y avait un article pour faire de la teinture pour laine ou tissu avec du chou rouge … ça avait l’air simple d’autant plus qu’ils indiquent que la teinture est à fixer au vinaigre. Du coup ni une ni deux j’ai acheté un chou rouge et deux pelotes de laine chez Ecolaines (de l’Ambiance de chez Fonty en blanc). J’ai aussi pris dans mon stock un morceau d’étamine blanche. Attention, je vous préviens que les photos seront nombreuses ;-).

J’ai commencé par mettre mes pelotes en écheveaux et à faire des pampilles avec la laine (une pour chaque fille). Pour mettre la pelote en écheveau, je l’ai défait en enroulant le fil (sans serrer) autour d’un classeur en plastique et j’ai fait un noeud avec la fin du fil en faisant le tour de l’écheveau et mis également d’autres liens pour que l’écheveau se tienne bien. Dis comme ça, ça n’est pas très clair … mais j’ai suivi le tuto bien fait des poulettes tricoteuses.

Je me suis armée d’un gros couteau, de ma planche à découper et mon autocuiseur … et aussi de papier absorbant … parce que le chou rouge ça tâche 🙂

J’ai ensuite mis le chou à bouillir dans de l’eau pendant environ 2 heures, puis je l’ai tamisé.

Une fois la teinture refroidie, j’ai fait tremper les pampilles dedans (au 2/3 pour faire un dégradé) et ensuite le tissu et la laine.

Ensuite, j’ai fixé la teinture avec du vinaigre dilué dans de l’eau (environ 1 cuillère à soupe pour 2 litres d’eau) … sous l’oeil attentif des chats. Puis rincé le tout.

Pour finalement mettre à sécher à l’abri de la lumière 🙂

Au final le tissu à viré légèrement sur le bleu et la laine vers un violet assez terne.

Je me suis bien amusée à le faire … tellement que j’ai recommencé le surlendemain mais avec du sureau.

J’ai donc été acheter 4 pelotes de laine à Ecolaines et couper du sureau dans mon jardin (il était bien mûr puisque j’ai fait toutes ces mixtures fin août). J’ai fait bouillir mon sureau pendant 2h, puis mis la laine dedans une fois la préparation tiède. Fixé avec du vinaigre et mis à sécher.

Autant le chou rouge allait vers le violet au trempage, autant le sureau tirait plus vers du violet/bordeau. Côte à côte les deux teintures en cours de trempage donnent ceci : la teinture au chou rouge est à gauche et celle au sureau à droite

Et une fois teintes :

La plus foncée est la teinture au sureau et elle a un aspect plus lumineux que celle au chou rouge.

Et pour finir, en pelote ça donne ça :

Pour conclure : je me suis bien amusée à faire ces teintures et j’ai déjà repéré que l’on peut en faire avec des pelures d’oignons et des feuilles de figuiers (entre autres) … j’en referais sûrement mais dans d’autres tons.

Par contre il faut reconnaître que tant le chou rouge que le sureau dégagent une odeur assez désagréable … il faut donc supporter l’odeur qui plane dans toute la maison pendant la préparation des teintures … :-).

Niveau bilan et tenue dans le temps … je n’ai pas encore fait usage des laines donc je ne peux pas me prononcer sur le long terme … j’ai en revanche déjà les modèles de prévus pour ces deux teintes de laine qui sont ma foi assez complémentaires : un châle et une paire de mitaines … reste à prendre le temps de les faire ;-).

Rattrapage 2015 – 2ème partie

De retour pour la suite du rattrapage … un peu plus tard que prévu en raison d’une panne d’internet car qui dit plus d’internet à la maison dit aussi plus de blog en ligne non plus :-).

Ca sera un post moins fourni que le premier car je continue sur la lancée des choses déjà photographiées et en l’occurence, le tricot.

Mon premier projet est certainement celui qui m’aura pris le plus de temps alors que paradoxalement il n’est pas compliqué.

A la base il s’agissait d’un cadeau pour Noël 2014 (oui ça date un peu)… je l’ai commencé le 1er décembre 2014 et je l’ai fini …. le 28 octobre 2015. Presque un an pour un projet pourtant simple … Le projet, parlons-en : il s’agit d’un kit acheté chez Ecolaines qui contient de la laine Pasquine de chez Plassard et le modèle qui va bien avec : un poncho à large col. Quand on l’a vu ma soeur et moi on a tout de suite pensé qu’il plairait beaucoup à la compagne de mon père ; du coup on a décidé que ça serait son cadeau de Noël.

Autant vous dire qu’il n’a pas été offert en temps et en heure mais juste après l’avoir fini.

Le modèle est très simple puisqu’il est constitué de grands rectangles que l’on assemble pour former le poncho. Les seules modifications que j’ai faites sont de tricoter le col en rond au lieu d’à plat et de relever plus de mailles qu’indiqué pour les poignets (le double en fait).

Côté laine elle est agréable au toucher et bien chaude. Par contre c’est une laine bouclée et c’est là que ça se corse. Ce n’est pas à proprement parlé plus compliqué à tricoter que les non bouclées mais il faut un temps d’adaptation car on a tendance à piquer l’aiguille dans les bouclettes … il faut donc être attentif à ce que l’on fait :-). Le plus difficile c’est quand il faut relever des mailles ou assembler le tricot car on ne voit pas les points de façon nette … c’est ce qui m’a freiné le plus car autant le tricot se monte vite autant les à-côté sont longs et assez décourageants. Il m’a fallu presque 2h pour arriver à relever une quarantaine de mailles pour un poignet … j’ai fini par passer un brin de laine avec une couleur contrastée pour arriver à voir où relever mes mailles. Au final j’ai laissé en plan le tricot plus de 6 mois car une fois la dead line passée, je n’avais guère plus beaucoup de motivation. Paradoxalement, quand je l’ai repris ça a été plus vite, il faut dire qu’il me restait juste un poignet à finir et à assembler les manches au corps.

Quand j’ai vu le poncho terminé j’ai franchement été septique sur le rendu car l’assemblage de rectangle fait bizarre je trouve. Mais au final une fois porté il est bien et va très bien à sa propriétaire qui a été très contente de ce cadeau (tardif ;-)). Par contre je ne pense pas que le modèle rendrait bien avec une laine autre que de la bouclée.

Il me reste à trouver quoi faire (de simple) avec la laine qui me reste (presque une pelote)…

Mon deuxième projet est également un cadeau. Je l’ai également donné en retard mais beaucoup moins que le poncho (à peine un mois et demi :-)). Il a été commencé en juin 2015 et fini mi juillet (de la même année).

Contrairement au poncho, il a été beaucoup plus rapide à tricoter … en même temps le modèle s’appelle TGV :-). J’ai choici celui-ci pour plusieurs raisons : déjà le côté rapide à tricoter m’allait bien vu que j’ai commencé en mars un pull qui se tricote en 3,5 (c’est très très long et il est d’ailleurs en train d’attendre que j’ai le courage de le reprendre), le châle avait l’air bien long et d’avoir un joli tombé, et aussi pour le nom, vu que le mari de la destinataire du tricot est un retraité d’une entreprise bien connue qui s’occupe de faire voyager les gens en train et notament en TGV :-).

Côté modèle, il s’agit du modèle TGV (High Speed Knitting) de Susan Ashcroft. Il est effectivement rapide et facile à tricoter … même si sur la fin c’etait un peu longuet car il se termine par les côtes (et un sacré paquet de mailles à rabattre). Le blocage est essentiel car c’est vraiment à ce moment là que le châle prend toute sa dimension.

Côté laine, j’ai opté pour de la Seta Tweed de Lang Yarn que j’ai acheté à la mercerie Imagine à Rennes. C’est un mélange de coton (25%) et de soie (75%) mais aussi de couleur puisque la laine est rose avec des petites touches de rose saumon. Au toucher, lors du tricotage, elle ne donne pas une sensation de douceur et peut même paraître un peu rêche mais une fois lavée elle est très douce et a un superbe tombé. C’est une très belle laine, peu élastique, qui se révèle à mon sens une fois tricotée et lavée.

J’ai utilisé 5 pelotes pour ce châle soit près de 500 m et je les ai toutes finies mis à part un reste de quelques grammes

Je referais très certainement ce châle et j’ai déjà repéré un autre modèle de la créatrice.

Je termine rapidement par un tricot que je n’ai pas pris en photo avant de l’envoyer à sa nouvelle propriétaire.

Il s’agit d’une paire de mitaines tricotée pour la fille de ma soeur avec de la laine qu’elle avait en stock : de l’alpaca bouclé de chez Drops.

Il m’aura fallu un peu moins d’un mois (de mi janvier à mi février 2015) pour tricoter cette paire de mitaine.

Côté modèle, j’ai opté pour le Jodie Fingerless flap glove puisqu’il remplissait à merveille les contraintes que j’avais : des mitaines avec un rabat et qui couvrait le pouce. Le patron étant bien expliqué, je n’ai eu aucune difficulté pour tricoter ces mitaines.

Côté laine, je l’ai dit plus haut : il s’agit de laine bouclée. Après le poncho, j’avoue que le fait de tricoter de la laine bouclée ne m’enchantait guère, mais au final elle se révèle beaucoup plus facile à tricoter que la Plassard dans la mesure où les bouclettes sont plus petites. La laine en elle même est très très douce et très agréable à tricoter malgré les bouclettes. Je me ferais sûrement un pull avec un de ces quatre ;-).

J’arrive au bout de mes « tricotages » déjà photographié …. il me reste cependant en stock de quoi faire un long article sur des essais de teinture naturelle ;-).

J’en profite aussi pour signaler à celles (ou ceux) que l’anglais rebute, que le site Ravelry a commencé à être traduit en français ce qui le rend plus abordable et que même s’il y a énormément de modèles en anglais il y en a également pas mal en français (plus de 22 000).

Rattrapage 2015 – 1ère partie

Le début d’année est en général l’heure des rétrospectives, mais vu mon abandon de ces derniers mois je vais plutôt faire un rattrapage histoire de m’y remettre un peu :-).

Bon sauf qu’en y regardant de plus près il y a plein de choses qui n’ont pas été prises en photo :-). Je vais déjà donc commencer par celles que j’ai en stock ;-).

Niveau couture, j’ai fait pas mal de chose dont certaines que je ne mettrais pas ici, car ratée et d’autres sans forcément beaucoup d’intérêt (donc pour celles là par pure flegme).

Au niveau des ratés ou des bofs qui ne valent pas forcément une séance photo, j’ai une tentative de jeans à partir du patron de Jalie mais avec du jeans très peu extensible : très mauvaise idée. Par contre, j’ai bien retenu que le fait de respecter le tissu recommandé était primordial pour la couture de patrons pour tissu extensible. C’est comme les échantillons au tricot : on se dit que c’est une perte de temps de vérifier la taille de l’échantillon et l’élasticité du tissu mais au final c’est l’inverse :-).

J’ai fait une autre tentative de jeans mais ce coup-ci avec le modèle 113 du Burda de Septembre 2009 avec un beau jeans acheté au rayon haute couture de Myrtilles Tissus. Si le résultat est correct je ne suis pas totalement satisfaite non plus. Je ne le prendrais pas en photo. Par contre je pense qu’avec un velours milleraies un peu extensible, il pourrait être pas mal.

Pour finir dans le bof bof qui ne mérite pas une photo, il y a un haut en viscose du tendance couture n°17 (le modèle 11 qui correspond au modèle B du Simplicity 1614). J’avais trouvé un joli petit viscose avec un motif flamand rose à Mondial Tissus et je me suis dit que ce patron pourrait être sympa. Au cas où, comme je n’avais pas encore cousu de patron Simplicity, j’ai fait un test avec un viscose à fleur acheté au poids à Toto … j’ai bien fait. Je l’ai cousu en taille 40 qui semblait la mieux convenir sur le papier mais au final c’est un chouya plus grand que je ne pensais et je n’aime pas trop au final la pièce du dos. Si je me décidais à le refaire, je prendrais sûrement une taille au dessous et un tissu un peu extensible avec une meilleure tenue. Le résultat est au final trop flou à mon goût même si le débardeur est très agréable à porter quand il fait chaud.

Je n’ai pas eu que des rattages ou des résultats mitigés en 2015, mais aussi des petites choses pratiques et noires…. donc avec un intérêt limité à prendre en photo (surtout quand on a la flegme :-)). Au rayon bon résultat, j’ai donc un T-shirt à manche raglan noir fait à partir du modèle n°4 de l’Ottobre 5/2013, j’ai nommé le Monday Basic. Je l’ai fait en taille 38 et j’ai rallongé le bas de 2/3 cm.Rien à redire sur le patron, c’est un excellent basique (en même temps c’est son nom) que j’ai déjà fait 3 fois (la troisième est en dessous ;-)).

Pour finir les coutures sans intérêt particulier à photographier, il y a un autre basique : le legging « Thousand dots » de l’Ottobre 6/2013. La grande avait besoin d’un legging … j’ai trouvé un patron qui pouvait convenir … niveau tissu, ceux que j’avais en stock n’était pas en longueur suffisante. Du coup j’ai attrapé un de mes bas acheté il y a un bon moment dans un magasin de sport bien connu et qui était agrémenté d’un petit trou sur le postérieur … J’ai donc décidé de lui donner une deuxième vie et ma foi j’ai bien fait :-). J’ai cousu le legging en taille 140 et rallongé les jambes de 4 cm. Il est au final parfait même s’il est un peu long (2 cm de plus aurait suffit je pense). C’est un excellent modèle de legging qui se fait assez rapidement (j’ai déjà réitéré une fois…encore en noir) et qui donne vraiment un très bon résultat.

Passons maintenant aux coutures photographiées … parce que oui, il y en a :-).

Pour la plus petite, qui manquait un peu de tenues, j’ai fait un ensemble en jersey choisis par elle. Les deux pièces sont des modèles de l’Ottobre 1/2015.

Le haut est le modèle Free Stars en taille 122. Je n’ai fait aucune modification mis à part que je n’ai pas mis les poches. Les deux tissus viennent de Myrtille Tissus. Pour le bas, il s’agit du modèle Funny Legs en taille 122 que j’ai raccourci de 4 cm car il est normalement froncé en bas (ça ne se voit pas sur les photos mais il ne l’est pas). Le tissu est un molleton acheté chez Ecolaines. Le tout a été cousu mi février de l’année dernière (presque un an quoi…) et elle les met toujours :-).

Pour ma part je voulais renouveler mon stock de hauts, il m’en reste beaucoup à faire mais c’est un bon début :-).

Cet été, je me suis cousu un T-shirt (en plus du haut en viscose). J’avais acheté ce jersey improbable il y a quelque temps à Mondial Tissu (je sais ça fait mal aux yeux :-)) :

Comme le tissu est assez chargé, je me suis dit qu’il valait mieux faire un T-shirt à manches courtes avec. J’ai donc opté pour le modèle Faded Stripes de l’Ottobre 2/2015 (en taille 38).

Rien à dire sur le modèle, il est assez rapide à réaliser et agréable à porter. Mon jersey est très élastique et le modèle mériterait peut être un tissu un peu moins extensible … Je le referais certainement avec un tissu avec un peu plus de tenue.

Après les manches courtes pour l’été, il me fallait un T-shirt à manches longues pour l’automne/hiver. J’ai opté pour le patron Monday Basic de l’excellent Ottobre 5/2013. Je l’avais déjà fait en version bicolore et j’hésitais à le refaire (jaune et orange histoire de changer du rose), mais j’ai opté pour du plus sobre ;-).

Niveau tissu, il s’agit d’un jersey de coton épais acheté chez Ecolaine (presque du molleton). Mon tissu étant moins extensible que préconisé, j’ai coupé la taille 40. Sur le coup, je trouvais le T-shirt un peu grand car il baillait un peu sur l’arrière du col mais, après lavage, il est très bien. Je n’ai fait aucune modification par rapport au patron si ce n’est rajouter quelques cm aux manches. C’est un modèle qui porte très bien son nom : un bon basique. Je l’ai déjà refait en noir avec un tissu plus extensible (donc en taille 38) et je le referais sans aucun doute.

Je m’arrêterais là pour aujourd’hui … je vais éviter de faire un post trop long quand même 🙂 et il me reste pas mal de chose à photographier au final 🙂 et à rédiger :-).

Au prochaine épisode : peut être un peu de tricot ou de couture selon l’humeur ;-).

 

 

Duo

Tout est parti d’un post de Stéphanie dans lequel elle exprimait son mécontentement pour un patron de robe . Ou plutôt d’un commentaire dans lequelle elle disait avoir repéré une robe dans le dernier Ottobre femme.

Quelques mails plus tard et vu que j’avais aussi louché sur la même robe, on a convenu de la coudre en même temps.

On s’est fixé en deadline le 2 mai, jour où Stéphanie était de noce.

Tout ça c’était … fin mars.

J’ai assez rapidement trouvé le tissu que j’allais prendre : un tissu assez kitsch à mon sens avec un côté mémère qui m’amusait. En plus, si je ne m’abuse, vu la photo de mon stock, je l’ai acheté un jour de virée tissu avec Stéphanie … il y a pfff … avant que myrtille tissu ne soit installé route de Lorient :-).

Le tissu en question c’est celui sur la photo juste en dessous … Oui oui celui à droite qui aurait été parfait pour une blouse :-D.

 

 J’ai assez vite reporté et coupé les 12 pièces que compte le patron … et puis j’ai eu une grande pause pour cause d’imprévu … ce qui fait que je n’ai commencé à coudre la robe que le 1er mai…
 Il va sans dire que je ne l’ai pas fini dans les temps hein :-). 

Ceci dit la robe est assez rapide à coudre et les finitions sont très bien même si elles sont un peu longues car les marges de couture sont sous-piquées à la parementure du corsage et des emmanchures. En plus il y a pas mal d’arrondis à cranter entre les emmanchures, les découpes princesses et l’encolure.

Et ça donne quoi vous me direz ? … bah ça 🙂 :

Au niveau patron : il s’agit du modèle Fable Print du Ottobre 2/2015 coupé en taille 40. Je n’ai apporter aucune modification sur le patron. Une fois mon tissu coupé, je me suis dit que j’aurais peut-être du rallonger le buste de quelques cm mais au final je pense que c’est bien comme ça. En fait je pense que ça participe à atténuer la visibilité de mon ventre qui n’est pas plat du tout ;-). J’ai entoilé l’intégralité de la doublure du corsage. La seule chose que n’ai pas fait par rapport aux explications a été de zapper l’étape de mettre des brides entre la doublure et la robe … pour le moment ça ne m’a pas gêné.

Au niveau tissus : le satin de coton était suggéré mais je n’en avait qu’un sous la main et je n’étais pas sûre d’en avoir assez et je pense que ça aurait vraiment fait mémère pour le coup. J’ai donc opté pour un coton assez ferme que j’avais en stock depuis un moment. Par contre, pour la doublure, j’ai suivi le modèle et j’ai pris de la viscose blanche. Je ne le regrette pas c’est très agréable en doublure.

Verdict : j’aime beaucoup ma robe ! Le patron est très agréable à coudre et clair. Ma seule boulette a été de coudre trop haut ma doublure … je m’en suis vite rendue compte ça a fait « scrraatch » quand j’ai enlevé ma robe :-). J’ai réctifié mon erreur et maintenant c’est bon. Aussi ma fermeture à glissière a un leger décalage sur le haut mais vraiment minime et ça ne se voit pas de loin :-).

L’encolure monte haut mais à porter ce n’est pas génant au final donc à refaire je la laisserais certainement aussi haut ou du moins si je la creuse ça ne sera pas de grand chose. Elle est très agréable à porter et je ne me sens pas engoncé … bref le 40 me va pile poil !

J’avais un peu peur sur le tissu quand même mais au final ça passe très bien en robe et ca ne fait pas blouse ;-). En plus il ne fait pas de pli … du coup le repassage sera vite fait !

Je compte bien refaire cette robe …. j’ai juste des hésitations sur le tissu :-).

Pour voir celle de Stéphanie, c’est par !